Vivre au bord de mer au Portugal

Auteur : Jori Avlis • Localisation :


Bord de mer

Vivre au bord de mer, c’est un doux rêve que je caresse, qui me semble parfois impossible à atteindre. Pourtant, vivre près d’un cours d’eau ou de la mer est le propre de l’homme ! La majorité des habitants sur Terre vivent sur le littoral, une habitude qui remonte bien sûr à la préhistoire : la mer est une source abondante de poisson et de richesses. Il existe un pays en Europe où la présence de la mer se fait sentir comme nulle part ailleurs : le Portugal.

C’est un pays que je connais très bien, il s’agit de mes origines, et j’y ai vécu une dizaine d’années, ce n’est pas par hasard si j’ai créé Lusitanie.fr. Autant dire que le Portugal est toujours dans mon esprit quand il s’agit de choisir un endroit où vivre. De par sa situation géographique, à l’extrémité ouest de l’Europe, coincé par son grand voisin qu’est l’Espagne, le Portugal était naturellement tourné vers l’Océan. Ce n’est un secret pour personne que le Portugal a ouvert le chemin des Grandes Découvertes Maritimes aux XVème et XVIème siècles, faisant du pays la première puissance européenne d’alors.

Un petit tour en bateau, au large de la ville de Peniche.

Un petit tour en bateau, au large de la ville de Peniche.

Cette gloire est bien révolue, mais nous pouvons encore en ressentir les effets, avec la langue portugaise, présente aux quatre coins du monde, et de nombreuses traditions culinaires et artistiques sont issues des échanges avec les portugais. Il suffit de penser au gâteau traditionnel japonais, le « Castella », qui n’est autre que le pão-de-ló, apporté au Japon par des missionnaires portugais au XVIème siècle, ou le célèbre Fish n Chips anglais, qui est en fait le « pescado frito » apporté par des immigrés juifs portugais…

Rivière de Peniche, avec les petites barques sagement stationnées au bord. Au fond, la Capitania, où se trouvent les garde-côtes.

Rivière de Peniche, avec les petites barques sagement stationnées au bord. Au fond, la Capitania, où se trouvent les garde-côtes.

L’Océan occupe ainsi une place à part dans le cœur des portugais. Vivre à ses côtés, avoir sa petite maison au bord de l’eau, au Portugal, c’est encore possible. Rendons visite à quelques endroits du centre du pays, très différents mais représentatifs de la vie sur le littoral portugais.

Le Port de Peniche, d'où on embarque pour les Berlengas. Au fond, on distingue le grand port industriel.

Le Port de Peniche, d’où on embarque pour les Berlengas. Au fond, on distingue le grand port industriel.

Peniche

La ville de Peniche est le premier port de pêche au Portugal. Avec ses 15000 habitants, c’est une petite ville, riche d’une histoire plusieurs fois centenaire, comme le témoigne encore son vieux fort du XVème siècle. Beaucoup d’habitants ont ici leur maison carrément au bord de la falaise. Sa plage de « Supertubos » est l’une des plus célèbres du circuit mondial de surf. Peniche présente le même visage qu’il y a un siècle, ou presque, avec ses petites maisons blanches reflétant la lumière du soleil, presque aveuglantes.

Au bord des falaises, le Phare de Peniche, qui fait echo au Phare des Berlengas.

Au bord des falaises, le Phare de Peniche, qui fait echo au Phare des Berlengas.

Pour ceux qui aiment vivre isolés, pourquoi pas dans le petit archipel des Berlengas? Sur la photo, les falaises de son île principale, Berlenga Grande, surmontées du phare.

Pour ceux qui aiment vivre isolés, pourquoi pas dans le petit archipel des Berlengas? Sur la photo, les falaises de son île principale, Berlenga Grande, surmontées du phare.

Peniche est également le point de départ pour les Berlengas, minuscule archipel situé juste en face de la ville. Les fonds marins sont ici uniques en Europe, avec une faune et une flore endogène particulière.  Pour s’en rendre compte, rien de mieux que d’aller faire un tour aux Berlengas, un endroit très prisé des plongeurs.

En haut de la plage remplie d'estivants, les anciennes maisons de pêcheurs, reconverties en petits studios de vacances.

En haut de la plage remplie d’estivants, les anciennes maisons de pêcheurs, reconverties en petits studios de vacances.

Les bateaux marquent la fin de l'espace baignable. Au fond, la petite plage, abritée des vents grâce aux falaises qui tombent ici à pic.

Les bateaux marquent la fin de l’espace baignable. Au fond, la petite plage, abritée des vents grâce aux falaises qui tombent ici à pic.

Berlengas

Les Berlengas, on y va en bateau bien sûr, les navettes sont nombreuses et peu chères. Par contre, autant je pourrais envisager la vie à Peniche, autant les Berlengas ne sont qu’un coup de cœur d’une journée. Ces îles, pourtant très proches de la côte, sont isolées de tout. C’est simple, pour les touristes qui voudraient y passer la nuit, il n’y a pas de confort. L’eau est rare (apportée du continent ou recueillie par la pluie), il n’y a pas de navette la nuit et la végétation est ce qu’elle est : rare. La forteresse propose des chambres, frugales au possible.

Une maison de pêcheurs à Berlenga Grande, impecablement blanche.

Une maison de pêcheurs à Berlenga Grande, impecablement blanche.

Le paysage de cette petite île de l'océan Atlantique est de toute beauté, comme peuvent le voir les gens du bateau qui passent devant ce gros rocher.

Le paysage de cette petite île de l’océan Atlantique est de toute beauté, comme peuvent le voir les gens du bateau qui passent devant ce gros rocher.

Mais les paysages sont uniques. Nous sommes sur un petit caillou de l’océan, battu par les vents, rongé par les marées, dressé comme une muraille géante face aux vagues. Les mouettes ici sont les reines absolues ! Très escarpée, l’île ne se laisse pas apprivoiser simplement, et aller à la forteresse est une véritable expédition. Bref, vivre aux Berlengas, c’est l’extrême à portée de main. Ce n’est pas ce que je recherche sur le long terme.

Bien sûr, comme dans tout endroit touristique qui se respecte, on peut y faire du camping. La vue est extraordinaire.

Bien sûr, comme dans tout endroit touristique qui se respecte, on peut y faire du camping. La vue est extraordinaire.

Le Fort des Berlengas, la plus belle et ancienne habitation de l'archipel. Si j'avais l'ADSL là, ça ne me déplairait pas de vivre ici! Le fort est le point de réunion des plongeurs, qui visitent les fonds marins.

Le Fort des Berlengas, la plus belle et ancienne habitation de l’archipel. Si j’avais l’ADSL là, ça ne me déplairait pas de vivre ici! Le fort est le point de réunion des plongeurs, qui visitent les fonds marins.

La plage de São Pedro de Moel. Un de mes endroits préférés au Portugal, très bien entretenu, sans excès de constructions modernes.

La plage de São Pedro de Moel. Un de mes endroits préférés au Portugal, très bien entretenu, sans excès de constructions modernes.

São Pedro de Moel

Quand Peniche vit pour la pêche, São Pedro de Moel vit pour le tourisme. Les deux endroits sont à une heure de route l’une de l’autre, mais présente des visages radicalement différents. Peniche, ville populaire, n’a pas les mêmes moyens que São Pedro de Moel, qui peut se permettre d’entretenir impeccablement ses rues, visitées chaque année par des milliers de touristes. Il faut dire que la ville possède une architecture particulière, avec des maisons ressemblant beaucoup aux chalets de montagne. Ce n’est pas si illogique que l’on pourrait le croire, ceux qui connaissent les plages océaniques européennes en hiver savent de quoi je parle : les vents, les vagues, la puissance de l’Océan justifient amplement que les maisons au bord de mer puissent ressembler à des habitations de montagne.

Ces constructions, ressemblantes aux châlets, sont typiques de São Pedro de Moel. Les murs, comme ailleurs dans ce pays, sont blancs, réhaussés de couleurs vives.

Ces constructions, ressemblantes aux châlets, sont typiques de São Pedro de Moel. Les murs, comme ailleurs dans ce pays, sont blancs, réhaussés de couleurs vives.

Oui, bien sûr, ces photos ont été prises en temps de vacances d'été, mais il est indéniable qu'il existe une certaine douceur de vivre dans cette ville.

Oui, bien sûr, ces photos ont été prises en temps de vacances d’été, mais il est indéniable qu’il existe une certaine douceur de vivre dans cette ville.

C’est un village très agréable à vivre en été, mais qui en hiver se vide de ses touristes. Ce n’est au final qu’une localité de la grande ville de Marinha Grande, avec seulement 300 habitants. Nous sommes trompés par le nombre d’habitations, qui nous donnent l’impression d’un endroit bien plus peuplé : ce sont surtout des résidences secondaires.

Maisons typiques de São Pedro de Moel. Je les trouve vraiment esthétiques, et sont ce que je préfère en architecture: un véritable héritage historique, mêlé aux avancées de notre temps.

Maisons typiques de São Pedro de Moel. Je les trouve vraiment esthétiques, et sont ce que je préfère en architecture: un véritable héritage historique, mêlé aux avancées de notre temps.

La place en bord de mer, avec les trottoirs pavés à la portugaise. Au sol, une grande rose des vents décorative.

La place en bord de mer, avec les trottoirs pavés à la portugaise. Au sol, une grande rose des vents décorative.

C'est quand même moins désert que les Berlengas, par ici, vous avez donc tout le confort d'une ville, donc oui, ADSL, eau courante, égouts…

C’est quand même moins désert que les Berlengas, par ici, vous avez donc tout le confort d’une ville, donc oui, ADSL, eau courante, égouts…

Figueira da Foz

En montant encore vers le nord du pays, toujours à une heure de route, nous croisons la grande Figueira da Foz. Deux fois plus habitée que Peniche, c’est un important centre industriel du centre du pays. Elle profite de sa situation géographique privilégiée, à l’embouchure du seul fleuve entièrement portugais, le Mondego. Les plages sont ici absolument immenses, du sable à perte de vue, dans tous les sens. Il faut marcher de longues minutes pour atteindre l’océan !

C'est ici, où le fleuve Mondego commence à se mélanger à la mer, que les pêcheurs du dimanche viennent tâter le poisson. De l'autre coté, les industries de Figueira da Foz, une des plus grandes villes du centre du Portugal.

C’est ici, où le fleuve Mondego commence à se mélanger à la mer, que les pêcheurs du dimanche viennent tâter le poisson. De l’autre coté, les industries de Figueira da Foz, une des plus grandes villes du centre du Portugal.

Cette photo, au bord du Mondego, est représentative du Portugal: au même endroit, vous avez la campagne, la forêt, la ville, la mer. Le Portugal est un pays de paysages très variés et contrastés, malgré sa petite taille.

Cette photo, au bord du Mondego, est représentative du Portugal: au même endroit, vous avez la campagne, la forêt, la ville, la mer. Le Portugal est un pays de paysages très variés et contrastés, malgré sa petite taille.

Figueira da Foz représente pour moi ce qu’il y a de mauvais dans le tourisme : c’est un endroit de la côte portugaise qui est bétonné, rempli de grands immeubles, qui ont poussé ici comme des champignons durant les années 1980-1990, portés par la spéculation immobilière. Pour mieux comprendre c qu’est Figueira, il suffit de dire que la ville à un casino, le Casino Figueira, le plus ancien de la péninsule ibérique et l’un des plus grands du Portugal. Mais il est vrai que tout succès à ses origines, qui s’explique par une ville qui rassemble les avantages d’un fleuve, des immenses plages et sa proximité avec d’autres grandes villes du centre comme Coimbra ou Leiria. Vivre ici pour moi, autant vivre en Côte d’Azur : on aime ou on n’aime pas. Je ne cherche pas l’animation de la nuit, la fête et le mouvement, mais la tranquillité, le calme, l’Histoire.

Figueira da Foz, c'est ça: une plage interminable, une extension de de sable phénoménale, et une grande ville industrielle. Malgré le grand nombre d'estivants en été, la plage est tellement grande qu'il y a toujours de la place pour tout le monde.

Figueira da Foz, c’est ça: une plage interminable, une extension de de sable phénoménale, et une grande ville industrielle. Malgré le grand nombre d’estivants en été, la plage est tellement grande qu’il y a toujours de la place pour tout le monde.

Grands immeubles en bord de mer. Personnellement, la côte betonnée, je n'apprécie pas, mais Figueira da Foz est avant tout une grosse ville.

Grands immeubles en bord de mer. Personnellement, la côte betonnée, je n’apprécie pas, mais Figueira da Foz est avant tout une grosse ville.

La belle promenade piétonne, toujours avec les trottoirs aux pavés blancs et noirs, le long de la plage.

La belle promenade piétonne, toujours avec les trottoirs aux pavés blancs et noirs, le long de la plage.

Praia da Tocha

Finalement, en continuant notre route vers le nord, nous avons la plage de Tocha, à 45min de route. C’est, comme São Pedro de Moel, un petit village, simple localité d’une plus grande ville, ici Cantanhede. Ici, les traditions séculaires persistent, la pêche artisanale existant encore. Les touristes viennent également en été, découvrir la sublime plage, et les petites maisons de pêcheurs, si caractéristiques de cet endroit du pays. Ce sont les « palheiros da Tocha », le mot « palheiro » étant en portugais le mot pour désigner le local où l’ont conserve la paille. Ces petites habitations de bois étaient donc provisoires, ne servant aux pêcheurs que certains jours de la semaine pour s’abriter des violences de l’océan, surtout en hiver. On ne s’en rend pas compte en été !

Maisons modernes de la Plage de Tocha. Elles reprennent le style des anciennes petites maisons de bois des pêcheurs de la région.

Maisons modernes de la Plage de Tocha. Elles reprennent le style des anciennes petites maisons de bois des pêcheurs de la région.

A gauche, les anciennes maisons de pêcheurs, refaites à neuf, faisant face à la plage et l'océan, à droite. Oui, il ne fait pas toujours beau au bord de la mer.

A gauche, les anciennes maisons de pêcheurs, refaites à neuf, faisant face à la plage et l’océan, à droite. Oui, il ne fait pas toujours beau au bord de la mer.

C’est ce qu’il faut comprendre, vivre au bord de l’océan comporte ses risques, ses contraintes. Mais pour les paysages, pour l’iode et la qualité de vie en été, c’est un mode de vie qui plait à nouveau à toujours plus de monde. Pour les amoureux de l’Océan, le Portugal est sans doute un pays à prendre en compte au moment d’établir son logement, quand il faut choisir un endroit où vivre.

Cette construction à même le sable est une bibliothèque de plage, pour apporter un peu de culture aux vacanciers. J'en aurai bien fait une maison!

Cette construction à même le sable est une bibliothèque de plage, pour apporter un peu de culture aux vacanciers. J’en aurai bien fait une maison!

Ces petites maisons en bois bien coquettes ont maintenant tout le confort moderne. Les fondations sont toujours en béton.

Ces petites maisons en bois bien coquettes ont maintenant tout le confort moderne. Les fondations sont toujours en béton.


Facebook

Twitter